Accueil
Question Réponse

Les R.V. ci-dessous
MCES-Corporel
Cité Zen Massages

barre de navigation barre de navigation

Une transformation profonde de l'être

Eric Julliard

écrit le : Juin 2015

 

Montagne grise

 

 

Montagne grise

 

 

Montagne

 

 

Montagne claire

Il a suffit d'un disque sorti. D'un disque intervertébral sorti de son enveloppe fibreuse, venant comprimer les racines nerveuses et m'infliger des douleurs insupportables au bras et à la main droite. Voici comment a débuté mon histoire.
Mon corps n'en pouvait plus, il a fini par céder aux tensions internes accumulées durant des années et restées sans réponse. Seulement voilà, avec cette hernie discale cervicale paralysante, le message était devenu clair : maintenant, il faut agir.
Or, il se trouva que quelques semaines seulement après cette fichue hernie, j'avais ressenti des craquements et des douleurs inhabituelles à l'articulation mandibulaire. Sur le net, je découvris par mes recherches qu'un dysfonctionnement de l'ATM pouvait alors être lié à un déséquilibre postural, lequel fut révélé au grand jour par ma compression cervicale.

Avec la théorie du Mr Quilliou, j'avais trouvé un début de réponse à mon questionnement quasi-obsessionnel sur l'origine de mes maux, étant déjà convaincu que les événements ne se produisent pas par hasard et qu'il fallait en trouver la cause. Il ne me restait plus qu'à pousser la porte du cabinet parisien, ce que je fis quelques semaines plus tard.

 

Le premier rendez-vous, durant lequel le déséquilibre est évalué et la méthode décrite, me confirma que l'adresse et le praticien collaient parfaitement à mes attentes.

La suite fut une succession régulière de séances de travail portant sur les deux pans d'action de la méthode, à savoir sur l'ouverture de la posture par l'évolution du guide postural, et sur la libération des mémoires enfouies perturbantes. Car il s'agit bien là d'un travail sur le corps et sur l'esprit, l'être humain étant considéré comme une entité composite. C'est devenu pour moi une évidence.
L'intérêt majeur du protocole est justement qu'il traite le patient dans son ensemble.

L'aspect corporel, mécanique, est lui assez simple à saisir : les gouttières portées sur les dents inférieures (le guide postural), modifient les repères posturaux du corps et procèdent à une ouverture générale du rachis. Par exemple, dès mes premiers pas avec le guide postural, mon pied droit revint presque dans l'axe de la marche – j'avais jusqu'alors toujours marché à « midi dix » –, et ma démarche s'en trouva instantanément fluidifiée.
Les séances suivantes et l'évolution du guide continuèrent et continuent encore de me faire grandir, mon corps retrouvant une verticalité et un fonctionnement jusqu'alors insoupçonnés.

 

Si cette composante structurelle s'appuie sur des progrès physiques, mesurables, l'aspect psychique demeure plus opaque. Depuis le début du travail, j'ai senti une amélioration significative de mon comportement. Auparavant angoissé, timide, trouvant mille raisons de « ne pas demander », « ne pas déranger », figé dans mes craintes et mes peurs héritées, j'ai aujourd'hui trouvé une liberté d'action. Je peux expérimenter le confort d'exprimer mon avis, d'être à l'écoute de mes émotions, d'être en contact avec mon être, mon être le plus profond.
Par la nouvelle posture acquise (le buste droit, la tête sur les épaules !), j'ai déjà senti que ma présence avait un impact beaucoup plus important sur mon environnement que par le passé. Mais au delà de cette affirmation de soi, devenue naturelle, je suis convaincu de ne plus être celui que j'étais avant : libéré des tensions dont j'avais hérité (chacun de nous porte un « sac à dos », témoin de l'héritage transgénérationnel...), je suis devenu moi.

En agissant sur les trois piliers que sont le corporel, le psychique et le mental, ma transformation s'est opérée au fil des séances et du travail postural quotidien mené depuis une année et demi. Un travail quotidien, car par cette approche chacun de nous devient l'acteur principal de sa santé. Finalement, la hernie ne fut qu'une manifestation physique que mon être se trouvait trop à l'étroit dans un corps devenu douloureux : il était temps de grandir. Mais la bonne nouvelle, c'est qu'avec une sensibilité aiguisée et une capacité à mieux ressentir ce qui m'entoure, j'ai acquis une autonomie dans la gestion des tracas et des tensions dont chaque parcours de vie est semé.

Une transformation profonde, disais-je...

Eric Julliard.

 

 

MCES-Corporel

MCES-Corporel / Mentions légales / contact / 9 rue Fenoux 75015 Paris